Porto
Un bus permet de rallier en une trentaine de minutes la gare routière de Porto. Ça cahote fort mais nous arrivons à bonne destination. 
Nous montons directement à la cathédrale devant laquelle se dresse un pilori de style manuélin encore surmonté des crochets qui servaient à pendre les criminels. L’église massive et grise a l’allure d’une forteresse avec ses deux tours carrées servant de clocher et ses murs crénelés. Sa construction date du XIIème siècle mais de nombreux remaniements démultiplient les styles. Seules les deux tours et la rosace sont d’origine romane
Le style baroque domine à l’intérieur de la cathédrale. Le maître-autel de Nazoni du début du XVIIème siècle est une illustration de la talha dourada (bois doré sculpté), style très fréquent dans les églises portugaises de cette époque.
Trois beaux bénitiers en marbre rose, soutenus par des statuettes, ornent la nef. Ils datent du XVIIème siècle.
La sacristie comme l’église n’est que profusion d’or, marbre et peinture.
Si la Cathédrale de Porto, appelée Sé, est d’apparence plutôt austère, son cloître, lui, est spectaculaire. Un fabuleux ensemble d’azulejos, réalisé en 1731, orne les murs des galeries.