Impruneta-Saint Gimignano
Nous reprenons la route par la S222 qui nous mène dans la région du chianti. Nous nous arrêtons tout d’abord à Impruneta qui possède une belle église du XIème siècle flanquée d’un campanile roman.
 
C’est l’heure de la sieste et nous devons nous contenter de la visite des deux petits cloîtres qui jouxtent l’édifice. Belle exposition de sculptures en terre rouge.
Nous faisons halte à Castellina in Chianti, le territoire du chianti classico reconnaissable au coq noir qui orne les étiquettes des bouteilles. Castellina, comme son nom l’indique, est un petit village fortifié qui se blottit autour de son église.
San Gimignano mérite vraiment un arrêt prolongé malgré les touristes fort nombreux. La ville a été commune libre durant une cinquantaine d’années avant de se soumettre à Florence en 1353. Pendant ce demi-siècle, comme elle est située au carrefour des grandes routes, ses bourgeois commerçants font fortune et construisent des tours qui sont à la fois des entrepôts, des moyens de défense et des signes de richesse.
Certaines tours étaient reliées entre elles par des passerelles dont on voit encore les trous dans les murs.
Partis de la Piazzale dei Martiri di Montemaggio, nous remontons la rue très commerçante de San Giovani qui débouche sur la place de la Cisterna toute en pente et pavée de briques rouges en arêtes de poissons.
Un peu plus loin, la "Piazza del Duomo". Elle est bordée par la très sobre "Colegiata Santa Maria Assunta", le"Palazzo del Popolo" (hôtel de ville dès 1288) et le "Palazzo del Podesta".