Riquewihr septembre 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui veut visiter Riquewihr doit se lever tôt car c’est l’un des villages d’Alsace les plus visités.
     
Blottie au cœur du vignoble, au pied des pentes vosgiennes, Riquewihr cultive le tourisme comme la vigne.
     
Nous sommes arrivés en tout début d’après-midi et nous avons pu garer Cigalon en bordure des vignes ; une vraie aubaine !  
     
  Pour entrer dans le village, il faut franchir deux enceintes. La première date de la fin du XIIIè siècle. La seconde a été édifiée 3 siècles plus tard. En effet avec la généralisation des armes à feu, les habitants de Riquewihr ont estimé que la défense n’était pas suffisante avec le premier rempart et c’est ainsi qu’ils en ont fait construire un second.
     
Les maisons édifiées pour beaucoup d’entre elles au début du XVIème siècle sont en pierres de taille avec pignon ou encore à colombage. Certaines même allient les deux styles.
     
Les maisons sont coquettes, bien refaites, souvent avec des parties ouvragées : sculptures, moulures, arabesques, linteaux de portes ou encadrements et meneaux de fenêtres, rampes d'escaliers et balustrades de balcon ou galeries d'accès, angles de murs ou poutres cornières, barreaux de fenêtres …
     
La plupart des maisons ont des façades en encorbellement plus ou moins avancé ce qui au moyen-âge était une façon de moins payer d’impôts sur les terrains bâtis.
     
Dans la rue du Général de Gaule, les restaurants alternent avec les boutiques de souvenirs, de vins et de produits gastronomiques.
     
C’est ici, au n° 16 que naquit en 1873 l’un des artistes les plus populaires de notre région : Jean-Jacques Waltz connu sous le nom de Hansi. Ses images naïves évoquent l’histoire de l’Alsace au début du XXème siècle.
Par de petits Alsaciens en costume, il manifeste son opposition au régime allemand.
 
     
  Presque en face du musée Hansi, le musée de la communication occupe l’ancien château des princes de Wurtemberg-Montbéliard. Il est reconnaissable par son pignon crénelé et par une multitude de fenêtres renaissance.
     
On ne peut pas en rater l’entrée. Une vieille diligence rappelle les débuts de la distribution postale.  
     
  La maison du gourmet de 1668 se vante d’être la maison en pan de bois la plus haute.
     
Le Dolder, haut de 25 m et fermant la rue principale, fait partie de la première enceinte depuis 1291. Il servait à la fois de tour défensive, de guet et de beffroi. La face qui donne sur l’extérieure a bien cet aspect défensif.
Par contre la face donnant vers l’intérieur du village s’étage sur 4 niveaux à pans de bois et à encorbellement.
Aujourd’hui la tour abrite le musée d’art et de traditions populaires.
 
 
     
A quelques pas de là, bordé d’un fossé, le deuxième rempart s’ouvre par un pont-levis surmonté des armoiries de la ville. La herse de 1500 d’origine est la plus ancienne d’Europe.