Molsheim Octobre 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il fait encore beau ce premier dimanche d’octobre. Cela nous a donné l’envie de découvrir Molsheim.
Partis de la maison sous un soleil radieux, il a suffi d’une trentaine de kilomètres pour trouver un ciel gris !
Nous garons la Boule avenue de la gare, près de l’église des Jésuites. L’une des places est occupée par un camping-car autrichien. C’est bon à savoir si un jour nous revenons avec Cigalon.
 
Molsheim est mondialement connue car la ville abrite les usines Bugatti. C’est d’ailleurs là qu’est assemblée la célèbre Veyron.
Nous commençons notre visite par l’ancienne église des Jésuites construite au tout début du XVIIème siècle et rénovée récemment. Cette église, de style gothique tardif initialement affectée à un collège a été transformée en église paroissiale et a pris le nom d’église St Georges.
 
C’est l'édifice bas-rhinois le plus vaste après la cathédrale de Strasbourg. Sa lon-gueur est de 61.50 m, sa largeur de 21.50 m. Il est flanqué d’une tour octogonale à balustrades coiffée d’un toit bulbe.
 
L’entrée pour la visite se fait par le côté nord. Une magnifique croix de pierre sculptée en 1480 pour les Chartreux de Kœnigshoffen accueille le pèlerin. Haute de 4,50 m et large de 2,10 m, elle représente un Christ au visage paisible.
 
La nef est immense et comporte dix travées. Les collatéraux supportent des galeries qui permettaient de ressembler des foules importantes.
 
La chaire de 1631 est ornée de statues de saints.
 
 
Le chœur est lumineux et abrite un maitre-autel sur lequel, Saint Georges terrasse le Dragon depuis 1865.
     
     
Aux angles des chapelles côté nef, de petits personnages sculptés veillent. La plupart ont le regard dirigé vers le ciel.
 
     
En face, la chapelle de la Vierge renferme le gisant de Jean de Durkheim (1306-1328). C’est lui qui dota la ville de Molsheim d'un hôpital et fit restaurer et agrandir le mur d'enceinte.
     
 
     
De l’église des Jésuite au centre ville, il n’y a qu’un pas. On y accède en franchissant la porte des Forgerons. Construite au début du XIVème siècle, cette tour faisait partie du mur d’enceinte dont elle était l’entrée principale et seul vestige maintenant.
 
     
En suivant la rue, on arrive sur la place de l’hôtel de ville. Notre regard est immé-diatement attiré par un bâtiment de style Renaissance, la Metzig, ancien siège de la corporation des bouchers construit vers 1525. Le rez-de-chaussée à arcades servait d’abattoir et de lieu de vente, tandis qu’un très bel escalier mène à l’étage qui abritait les locaux de la corporation.
 
Le double escalier est chapeauté d’une horloge à jaquemarts à trois cadrans de 1607. Celui du haut représente le cycle lunaire. Deux angelots de pierre frappent une cloche à chaque heure. Dans la partie supérieure, une niche abrite la statue d’une Vierge à l’Enfant.
 
De l’autre côté de la place, l’hôtel de ville, du XIXème siècle, s’orne d’un fronton peint.
 
Dans une vitrine, nous découvrons un échiquier comme celui que nous avons vu parmi les cadeaux offert au président Chirac. B. Bhutto côtoie F. Castro et d’autres encore.
 
La ville est quasi déserte en ce dimanche et après une courte promenade et quelques photos de maisons remarquables, nous reprenons le chemin de la maison.