Accueil
Sommaire autour de Noël
Accueil
Sommaire autour de Noël

 

 

 

 

 

Fenêtres de l'Avent Eckwersheim 2010
 
A la nuit tombée, sous une bonne couche de neige, Eckwersheim s’illumine et nous accueille.
 
 
 
Depuis 14 ans, près de 60 fenêtres évoquent la période des fêtes et la nuit de Noël. La philosophie des Fenêtres de l’Avent est de coller au mieux à l’authenticité et de valoriser un Noël de rencontre et de partage.
Les rues du village sont joliment illuminées et nous incitent à la découverte.

 
 
 
 
Nous débutons notre visite à l’église où nous récupérons un guide. Elle est fermée mais sur le mur extérieur, les quatre évangélistes sont représentés par leur symbole : Matthieu, un jeune homme ou un ange, Marc, un lion, Luc, un taureau, Jean, un aigle.
 
 
L’Avent est un temps de préparation. Bougies multicolores en papier de soie ornent cette fenêtre.
 
Les représentations de la Nativité en papier cristal sont plus nombreuses.
 
 
 
 
 
Sur cette maison, les fenêtres sont habillées d’étoiles en patchwork et d’une grande couronne de l’Avent.
 
 
 
Sur la façade d’une maison moderne, des panneaux rouges, rehaussés de quelques touches de vert, montrent la préparation du sapin.
 
 
 
Tandis qu’une fenêtre en chien assis propose des sapins fabriqués dans des matériaux différents.
 
 
Ici on n’oublie pas que Noël est avant tout un temps du calendrier liturgique et les décorations religieuses occupent une large place.

Tout le long du parcours, les crèches ne manquent pas ! Des contemporaines, des traditionnelles, des régionales, en pâte à sel, en céramique, sculptées dans du bois… Mon appareil photo en capte quelques-unes !

 
 
 
Certains habitants ont réalisé des crèches grandeur nature dans leur jardin.
 
 
Les fenêtres de l’ancienne mairie abritent une crèche en pâte à sel et des chromos de la Nativité.
 
 
La nouvelle mairie, quant à elle, abrite une exposition géante d’une dizaine de dessins signés Tomi Ungerer, dont certains vont illustrer le nouveau livre « Achtung Weihnachten ».
 
 
 
 
Tomi nous raconte sa vision drôle et souvent décalée de Noël.
 
 
Des façades servent de support à des tableaux comme par exemple cette icône de la Nativité sur bois d’une artiste locale.
 
 
La nativité de Luc est représentée par un patchwork géant en trois volets. Un chœur des anges accompagne la naissance du Saint.
 
 
Une lanterne magique montre que la Nativité est aussi célébrée sur d’autres continents. Des ombres «chinoises» nous transportent dans des pays lointains.
 
 
Dans deux cours de ferme, nous rencontrons le Père Noël. Cette figure du XXème siècle a pris le devant de la scène et a bien souvent chassé « Rühbels » et « Christkindel » de nos traditions.
 
 
 
Dans la même cour est exposé le linge de la dot.
 
 
Les superstitions populaires sont nombreuses. Le bouquet d’épis fait référence aux gerbes que les enfants érigeaient sur la place de l’église pour le « Noël des petits oiseaux » qui avaient aussi droit à la fête.
 
 
Le puits nous rappelle l’eau qui coule dans les fontaines et que l’on recueille la nuit de Noël, pendant que les cloches sonnent minuit. Cette eau sacrée protège ceux qui la consomment.
 
 
Les oignons étaient utilisés pour prédire l’année suivante. Lors de la nuit de Noël, 12 coupelles avec 12 oignons sont saupoudrées de sel. Celles dans lesquelles le sel fond et se transforme en eau, représentent les mois humides.
 
La rose de Jéricho est aussi connue sous le nom de rose de Noël. La pratique voulait que la veille de Noël, ce bulbe soit mis dans un verre d’eau bénite. Une fois cette plante ouverte, la quantité de fleurs nous renseignait quant à la fertilité de l’année à venir.
 
 
Les sorcières occupaient naturellement une bonne place dans les rites d’antan. On pensait qu’elles étaient particulièrement efficaces lors de la nuit de Noël et chaque village avait ses « trucs » pour les voir.
A la Ste Barbe, patronne des artilleurs et protectrice contre le feu du ciel, fêtée le 4 décembre, il fallait couper des branches d’arbres fruitiers et les placer dans un vase. Tous les jours, on coupait un morceau de la tige et on remplaçait l’eau. Si ces recommandations sont suivies, les branches devaient fleurir à Noël
.
 
 
Sur la façade d’une maison alsacienne s’inscrivent les paroles du chant populaire Douce Nuit. Peut-être que si l’on chantait, l’on aurait un peu moins froid ?
 
 
Que serait Noël sans les jouets ? Ici les chevaux rappellent que les courses font partie de l’histoire d’Eckwersheim depuis plusieurs décennies. C’est en 1837 qu’un premier concours hippique a eu lieu sur la place du village. En 1946, c’est à Eckwersheim et à Londres en premier que reprennent les courses de chevaux après la seconde guerre mondiale.
 
 
Dans le jardin des girouettes, les petites silhouettes en métal se sont arrêtées pour un moment. La vie associative villageoise est représentée dans ses activités ludiques, sportives, avicoles et paysannes. Ces girouettes sont faites main : découpage à la scie, peinture sur bois, ajout d’un mécanisme d’articulation.
 
 
 
 
Une tradition qui a franchi les frontières de la région, c’est la confection des bredele, un certain nombre d’accessoires sont nécessaires : formes pour découper, « fleichmaschine » pour faire les spritzbredele, douille …
 
 
De même le bretzel occupe une place de choix. Cadeau traditionnel de Noël à l’Epiphanie des parrains et marraines pour leurs filleuls ou de l’amoureux pour exprimer officiellement sa volonté de fiançailles.
Le bretzel contient trois symboles : Il représente deux cœurs enlacés.
C’est aussi un 8 couché, comme le signe mathématique de l’infini. A travers lui, on peut voir trois fois le soleil : « L’amour est une flamme de l’éternel; il est fort comme la mort ; l’amour est éternel ».

 
 
 
Quoi de plus naturel pour le boulanger que de présenter ses réalisations en pâte … à sel ! Bretzel, cœurs, couronnes, angelots … ornent les fenêtres de la boulangerie et ses volets.
 
 
 
La maison des pains d'épice recèle bien des trésors également. Les lebkuche font partie de la tradition rhénane et Noël est un moment privilégié pour les fabriquer et les offrir.
 
 
 
Une vitrine, composée de textes, de livres, des travaux manuels, des décorations, d’accessoires montre le Noël à l’école.
 
 
La fenêtre des clochettes présente de petites cloches en porcelaine suspendues à des cordons rouges. En tendant l’oreille, on pourrait presque les entendre tinter !
 
 
Cette fenêtre-ci présente des canevas au point de croix sur le thème de Noël.
 
 
 
Même les fenêtres ne faisant pas partie du circuit sont joliment décorées.
 
 
 
 
Nous quittons Eckwersheim avec un dernier regard sur un petit bonhomme de neige qui nous souhaite un joyeux Noël.